Moteur 1.2 Renault

Les constructeurs minimisent

Publié le : 31/07/2019 

Bien que de nombreux modèles équipés du moteur essence 1.2 des marques Dacia, Mercedes, Nissan et Renault soient potentiellement concernés par une surconsommation d’huile, les constructeurs n’entendent pas mettre en œuvre une campagne de rappel ou procéder à une action corrective efficace et généralisée.

 

Suite à nos révélations sur les soucis de surconsommation d’huile du moteur Renault 1.2 (type H5FT) équipant plusieurs modèles des marques Dacia, Mercedes, Nissan et Renault, les constructeurs concernés minimisent le problème et indiquent que « seule une faible proportion de ces véhicules ont rencontré une consommation d’huile supérieure à la consommation habituelle d’un moteur ».

Pourtant, le sujet dépasse nos frontières et la note technique « n° de solution 10 575 » a, selon nos constatations, déjà été adressée aux enseignes allemandes, roumaines et même serbes. Et il y a fort à parier que d’autres pays européens sont  concernés. Malgré les faits, notre mise en demeure de procéder à un rappel officiel s’est soldée par un refus. Principal argument avancé : « la surconsommation d’huile ne porte en aucun cas atteinte à la sécurité de nos produits ou de nos clients ». Ce qui par ailleurs reste à prouver si le moteur casse alors que l’on roule sur autoroute à 130 km/h ou que l’on descend un col de montagne. Les constructeurs précisent néanmoins que des mesures ont été prises pour permettre à leurs réseaux de réaliser un diagnostic fiable et, le cas échéant, de rétablir le bon fonctionnement du véhicule. Mais aussi de minimiser le défaut en indiquant que la consommation d’huile pouvait provenir de plusieurs causes : fuite, vétusté, entretien non conforme, qualité de l’huile…

 

Prise en charge aléatoire

Dans les faits, il semblerait que les propriétaires ne soient pas tous traités à la même enseigne. Ainsi, un abonné à Que Choisir propriétaire d’un Renault Captur TCe 120 EDC et habitant en Haute-Corse s’est vu refuser toute participation car « les documents d’entretien reçus sont non conformes. Aucune trace sur la nature des pièces montées sur le véhicule, ce qui nous a privé de toute possibilité de prise en charge ». De son côté, Carla, propriétaire d’un Nissan Juke, a eu plus de chance. Alors qu’elle apportait son SUV début juillet pour une révision, le concessionnaire interrogé lui confirme que son moteur est concerné par le souci et constate un niveau d’huile au minimum alors qu’aucune alerte ne s’est affichée au tableau de bord. Et de prendre rendez-vous en septembre pour un remplacement complet du moteur mais sans lui préciser si l’intervention sera gratuite ou non.

Nous conseillons donc à tous les propriétaires de véhicules potentiellement concernés de se rendre dans une concession de la marque afin d’établir un diagnostic de leur moteur. Dans le même temps, il serait judicieux de réunir toutes les factures d’entretien et de constituer un dossier pour une éventuelle demande de prise en charge.

Les modèles concernés

Renault (moteur 1.2 TCe 115, 120 et 130 ch)

  • Captur
  • Clio 4
  • Kadjar
  • Kangoo 2
  • Mégane 3
  • Scénic 3
  • Grand Scénic 3

Dacia (moteur 1.2 TCe 115 et 125 ch)

  • Duster
  • Dokker
  • Lodgy

Mercedes (moteur 1.2 115 ch)

  • Citan

Nissan (moteur 1.2 DIG-T 115 ch)

  • Juke
  • Qashqai 2
  • Pulsar

Yves Martin